ART TRIBAL - 19 AVRIL 2019

Art d’Océanie : une collection aux enchères pendant l’exposition du Quai Branly
Vendredi 19 avril 2019 à Paris Maison de ventes Ader Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique - Expert Johann Levy


 
Le marché de l’art océanien connaît actuellement un nouveau souffle, notamment grâce à l’exposition « Océanie », organisée jusqu’au 7 juillet 2019 au musée parisien du quai Branly - Jacques Chirac. A l’occasion de cet événement d’envergure, Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique de la maison de ventes Ader disperseront vendredi 19 avril 2019 à Paris une collection d’art océanien constituée sur les conseils du célèbre collectionneur Jean-Paul Barbier-Mueller.
 

« Cet ensemble témoigne en effet d’une réelle connaissance dans le domaine des arts océaniens et d’un goût certain », s'enthousiasme Johann Levy, expert de la vente. Des massues océaniennes dont un casse-tête « 'u'u » des Îles Marquises estimé de 12 000 à 18 000 €, des cuillers Ifugao des Philippines et une rare lance des Îles Fidji feront notamment partie du programme de la vente. L’art africain sera également mis à l’honneur, avec un exceptionnel siège tripode Lobi du Burkina Faso et un masque Mama du Nigéria.

 
L’arme par excellence du guerrier des Îles Marquises : un casse tête « 'u'u »


« Chaque grand guerrier marquisien possédait un casse-tête comme celui-ci. A la fois arme destinée au combat rapproché, symbole de prestige et un insigne fort d'autorité, cette massue « 'u'u » était sculptée dans un bois très recherché de l’archipel appelé « Toa », qui signifie « guerrier » en langue marquisienne. Ces massues étaient polies à l'huile de coco, après avoir été immergées dans un marécage, la vase d'une tarodière plus exactement, qui leur donne cette teinte noire. Les yeux présents sur le deux faces, constitués de représentations de Tiki une divinité polynésienne, « permettaient de voir de toute part et ainsi de mieux protéger son détenteur », détaille l’expert Johann Lévy, avant d’ajouter que cet élégant modèle d’1,44 mètres de hauteur est estimé de 12 000 à 18 000 €. Une collection témoignant d’un goût certain et d’une réelle connaissance


« La qualité des cuillères Ifugao, du nom d’une région des Philippines, rappelle notamment les modèles présentés lors de la grande exposition sur « L’Art de manger » organisée en 2015 par l’ancien musée Dapper, à Paris. L’une d’elles, sculptée d’un personnage assis sur ses talons dans une position traditionnelle est d’ailleurs estimée de 3 000 à 3 500 € », complète l’expert. Les Îles Fidji seront également représentées par une importante lance de guerre pourvue de multiples arêtes sur plusieurs niveaux.


 
Un ensemble varié avec des pièces d’art Africain d’intérêt

 
Dans cet ensemble, rassemblé sur les conseils de l’un des plus grands collectionneurs d’art d’Océanie mais également d’Afrique, Johann Lévy a trouvé « l’un des plus beaux sièges tripodes Lobi du Burkina Faso qu’il m’est été donné de voir en 30 ans de carrière, par sa taille, son état de conservation et la pureté de ses lignes. Il s’agit d’un tabouret qui servait à la fois d’appuie-tête et d’instrument pour frapper le sol à l’arrivée des ancêtres et des plus sages de la tribu. Sa forme allongée s’inspire de celle d’un oiseau en train de boire à la mare », ajoute l’expert en précisant que son estimation est de 3000 à 4000 €. Figure également un masque « Mama » du Nigéria, que les danseurs portaient en cimier, et qui faisait partie des pièces ramenées par le collectionneur et collecteur Edward Klejman dans les années 1970 (estimation 2500 à 3500 €).

Ci-dessous : Présentation des lots phares par notre expert Johann Lévy (lien vidéo). 

 


ART TRIBAL - ART ET UTOPIE
vendredi 19 avril 2019 14:00
Salle 5 - Hôtel Douot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Lots Infos Drouot Live Enchérissez en direct