• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

SADE Donatien-Alphonse-François, marquis…

Lot 811
2 000 - 2 500 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

SADE Donatien-Alphonse-François, marquis…

SADE Donatien-Alphonse-François, marquis de (1740-1814) écrivain et libertin.
L.A., [Paris mi-1764] à son oncle l’abbé de SADE, en son château de Saumane ; 3 pages in-4, adresse, cachet de cire rouge aux armes (brisé).

Belle lettre écrite au début de son mariage, alors qu’il est encore au mieux avec sa belle-mère.
[Sade a épousé le 17 mai 1763 Renée-Pélagie de Montreuil. Arrêté en octobre pour débauche, et assigné à résidence dans le château des Montreuil à Échauffour, il obtient en avril 1764 la permission de revenir à Paris, alors que sa femme est enceinte ; la présidente de MONTREUIL, alors charmée de son gendre, ne tardera à se dresser violemment contre lui.]
L’abbé vient d’écrire au président de Montreuil « une lettre totalement déplacée pour les circonstances ; heureusement Mde de Montreuil l’a decacheté, et voyant ce quelle contenoit ne l’a pas remise ». Madame de Montreuil, sa belle-mère, est « la seule qui me soutienne et qui prenne hautement mon parti envers et contre touts ; l’avis du president et du reste de la famille seroit que j’allas m’enterer dans mes terres, pour ne jamais reparaitre ici », mais Mme de Montreuil « soutient quil faut remonter sur sa bete et me fait agir et conduire en consequence », ce qui met les Montreuil « en discussion perpetuelle ». Sur ce, arrive la lettre de l’oncle « qui vante la province, qui parle du desir extreme que vous avez de nous y voir » ; heureusement, la lettre a été soustraite. Sade dicte à son oncle les termes de la lettre qu’il le prie d’écrire au Président « dans la circonstance des couches » en faveur de son établissement à Paris pour « retravailler à une fortune que des fautes de sottises &c m’avoit trop fait negliger », etc. Il lui reproche aussi ses lettres à la Présidente : « au lieu de lui dire un peu de bien de moi pour l’engager à soutenir sa besogne et rechaufer un peu son zele vous dites le diable, elle prend toujours cela au tragique et cela nous fait des sceines […] quoi quelle prenne mon parti avec chaleur elle a besoin malgré cela d’être rechaufée, et loin de l’éloigner, il faut l’entretenir dans ses bonnes intentions »... Il annonce : « Nous venons de prendre maison enfin, ma femme et moi et nous voila dans notre menage avec sa femme » ; il invite son oncle à loger chez eux quand il viendra à Paris à l’automne...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue