• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

BASTILLE. BREVET DE VAINQUEUR DE LA BASTILLE,…

Lot 822
2 000 - 2 500 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

BASTILLE. BREVET DE VAINQUEUR DE LA BASTILLE,…

BASTILLE.
BREVET DE VAINQUEUR DE LA BASTILLE, 19 juin 1790 ; vélin oblong in-fol. en partie impr. à l’en-tête de l’Assemblée Nationale, riche encadrement gravé (dessiné par Nicolas et gravé par Delattre) avec la représentation de la prise de la Bastille, deux cachets de cire rouge dont un sur le ruban tricolore conservé.

Magnifique et rare brevet de Vainqueur de la Bastille.
Le brevet reproduit le texte du décret du 19 juin 1790 : « L’Assemblée Nationale, frappée d’une juste admiration pour l’héroïque intrépidité des Vainqueurs de la Bastille, et voulant donner, au nom de la Nation, un témoignage public à ceux qui ont exposé et sacrifié leur vie pour secouer le joug de l’esclavage, et rendre leur Patrie libre », décide de leur octroyer des armes, un habit, un brevet, etc. Le présent brevet est décerné à François Firmin THIRION, né en 1757 à Thiaucourt (Meurthe) ; il porte les signatures autographes de Charles LAMETH, Président de l’Assemblée Nationale, du Président des Vainqueurs de la Bastille Armand PANNETIER, et des commissaires BORIE, CHOLAT, DEJOULAIN et FOURNIER l’aîné, ainsi que du Vainqueur THIRION, « Lieutenant de grenadiers ».
On joint un ensemble de 7 lettres et pièces concernant François Firmin THIRION (1757-1802) ; limonadier dans le Faubourg Saint-Antoine lorsqu’éclata la Révolution, il fut membre de la Commission des Vainqueurs de la Bastille. Le dossier comprend : un état manuscrit des victimes et des vainqueurs de la Bastille ; le Brevet de Volontaire de la Garde-Nationale au nom de « François Firmin Tyrion l’un des Vainqueurs de la Bastille », 21 septembre 1790, signé par SANTERRE ; un beau brevet maçonnique d’apprenti compagnon et maître maçon délivré par le Grand Orient de France, 21 février 1798, avec ses sceaux pendants ; Arrêté des Consuls de la République ordonnant la déportation des complices et fauteurs de l’attentat de la rue Saint-Nicaise (dont Thirion) ; 2 L.A.S. de THIRION, prisonnier et en route pour la déportation, à sa femme, 1801 ; son acte de décès à l’île d’Anjouan en Afrique, 30 floréal X (20 mai 1802).
Provenance
Anciennes collections Alain TAILLADE (cachets encre) ; et Clément RICHES (23-24 mai 2005, n° 301).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue