• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

HOUSSAYE (Arsène). Les Grandes dames. Nouvelle…

Lot 68
400 - 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 000 €

HOUSSAYE (Arsène). Les Grandes dames. Nouvelle…

HOUSSAYE (Arsène).
Les Grandes dames. Nouvelle édition. - Les Parisiennes. Nouvelle édition. - Les Courtisanes du monde.
Paris : E. Dentu, 1869-1870. — 3 ouvrages en 12 volumes in-8, 226 x 145. Demi-maroquin violet, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure de l’époque).

Nouvelle édition des Grandes dames et des Parisiennes, et édition originale des Courtisanes du monde, formant les 3 séries composant la Comédie Parisienne d’Arsène Houssaye.
« Arsène Houssaye, un beau jour, se mit à raconter, dans un grand livre intitulé La Comédie parisienne, une suite infinie, imprévue, énorme, des plus terribles accidents. Il divisait ce livre en trois séries, à savoir : Les Grandes
Dames, Les Parisiennes, Les Courtisanes du monde, c’est-à-dire douze gros tomes in-octavo, que nous avons lus avec stupeur, très-étonné que le même écrivain qui tournait d’une façon si légère autour des plus graves questions, maintenant qu’il était délivré de ces belles jeunes filles innocentes qui conservaient encore l’aspect et le parfum de leur village, entreprit, dans une suite de drames impitoyables, de dévoiler ces courtisanes cachées sous le manteau des duchesses, et ces duchesses qui portaient insolemment le voile obscène des courtisanes : Titulum mentitae Lysicae, disait Juvenal ; et véritablement nous savons, grâce à ces livres, les monstres hideux et charmants qui se cachent sous ces noms-là : Mme Venus, Mme Phryne, la Messaline blonde, la Chanoinesse rousse, la Marquise Danae et l’adorable Violette, et cent et une autres. Il les connait toutes, il sait leur vrai nom, et comment elles sont tombées, et par quel miracle la femme déchue est devenue une grande dame, et qu’il ne faut pas prendre au sérieux les cheveux blonds de Messaline, pas plus que les cheveux noirs de sa sœur » (Jules Janin, in : Les Mains pleines de roses, pleines d’or et pleines de sang).
L’édition des Grandes dames est illustrée de 4 portraits gravées en rouge en frontispice. Celle des Parisiennes comporte 8 planches dont 4 en noir et 4 tirées en rouge, et l’originale des Courtisanes du monde est illustrée de 11 planches (sur 12) dont 10 tirées en rouge, il manque ici la figure intitulée La Chanoinesse dans le 3e volume.
Bon exemplaire en reliures uniformes. Dos passés, quelques coins émoussés. Quelques rares rousseurs. Déchirure sans manque, avec atteinte au texte, aux 4 derniers feuillets du premier volume des Grandes dames.
On joint, du même auteur :
- HOUSSAYE (Arsène). Les Femmes du diable. Paris : Michel Lévy frères, 1867. — In-18, demi-chagrin bordeaux, dos à nerfs, tranches marbrées, non rogné, couverture imprimée (Poulnays).
Réimpression sous un nouveau titre de nouvelles ou de portraits parus dans la Galerie de portraits du XVIIIe siècle, Madame de Favières, etc. (Vicaire, IV, 197).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue