• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art
Lot 399
5 000 - 6 000 €

Paul Jouve (1878-1973)

Le Miracle des loups. Affiche. 1924. Lithographie. 2335 x 1585. Impression en couleurs. Très belle et rare épreuve en deux morceaux raboutés d’origine, finement doublée sur vélin blanc et entoilée. Fines traces de plis ou craquelures à peine perceptibles. Infimes accidents. Toutes marges.

Réf. : F. Marcilhac, Paul Jouve, peintre sculpteur animalier, 1878-1973, Paris, les éditions de l’Amateur, 2005, repr. p. 139 : « … composition saisissante apparaissant comme ‘la transposition mystérieuse et mystique du titre de l’œuvre’ dans laquelle une pieuse jeune femme encapuchonnée était agenouillée dans la neige, entourée de loups asservis… » (p. 140).
Le Miracle des Loups est un film d’aventure historique réalisé par Simon Bernard en 1924. Il relate un épisode de l’histoire de France sous Louis XI, durant la Guerre de Cent ans, période où les loups comme les seigneurs féodaux règnent et terrorisent la population. Le scénario est dû à Paul André-Antoine, d’après un roman encore inédit de Henry Dupuy-Mazuel.
L’affiche de Jouve fut réalisée pour la séance de lancement du film du 13 novembre 1924. « Cette superproduction est l’un des événements cinématographiques des années 1920. La première de gala se déroule à l’Opéra, le 13 novembre 1924, en présence du Président de la République Gaston Doumergue […] Le tournage du siège de Beauvais filmé sous les remparts de Carcassonne nécessita de 1000 à 4000 figurants auxquels vinrent s’intégrer des unités de troupes en garnison dans la région. Ce vaste déploiement nécessita pour la synchronisation des mouvements l’utilisation de signaux optiques et l’installation d’un réseau téléphonique. On utilisa aussi de 3 à 15 caméras et des centaines de chevaux. Pour la scène du combat avec les loups, le réalisateur ne voulut pas intégrer de chiens. Il fallut emprunter huit loups de Russie du Cirque Amar dressés par Jim Rhio. Les nombreux décors réalisés aux Studios de Joinville, dont la Cour de Louis XI, furent imaginés et réalisés sous la direction de Robert Mallet-Stevens. Les extérieurs furent tournés au col de Porte, au col du Galibier, au château de Pierrefonds et à Carcassonne de novembre 1923 à mai 1924. » (Source : Wikipédia).
Le numéro de L’Illustration du 14 juin 1924 revient longuement sur ce tournage épique : une vingtaine de loups sauvages furent réunis à travers l’Europe. Ils furent confiés aux dresseurs du cirque Amar pour un premier dressage, car ils étaient très violents entre eux. On amena les loups au col de Porte près de Grenoble (1400 mètres d’altitude) dans un enclos de 2000 mètres carrés spécialement préparé. Le dompteur Mac Donald, champion de France des dompteurs en 1908, les fit « travailler » devant l’objectif. L’actrice Yvonne Sergyl dut se faire accepter par eux et eut à plusieurs reprises ses vêtements déchiquetés. Des scènes de combats entre acteurs et animaux furent tournées, où des accidents se produisirent. Un acteur fut happé à la gorge et dut tuer le loup de sa dague. Lors d’une autre prise, un homme et un loup disparurent sous la glace d’une rivière gelée.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue