• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Paul Nadar (1856-1939) Entretien de Félix…

Lot 40
2 000 - 3 000 €

Paul Nadar (1856-1939) Entretien de Félix…

Paul Nadar (1856-1939)
Entretien de Félix Nadar avec Eugène Chevreul à l’occasion de son centenaire.
Portraits au haut de forme. Eugène Chevreul en compagnie de son fils Henri.
Atelier Nadar, rue d’Anjou, Paris, 1886.
Cinq (5) épreuves sur papier albuminé, contrecollées sur cartons. Inscriptions à l’encre sur quelques épreuves.
Formats : de 16 x 12 à 18 x 13,5 cm avec marges

Bibliographie :
Michel Frizot, Nouvelle Histoire de la Photographie, Paris, Adam Biro / Bordas, 1994.
Michèle Auer, Le premier interview photographique : Chevreul, Félix Nadar, Paul Nadar, Lausanne, Ides & Calendes, 1999.
Danièle Giraudy, Marseille au temps de Nadar, Marseille, Musée du Vieux-Marseille-Éditions Parenthèses, 2001.

Les travaux d’Eugène Chevreul sur la couleur intéressèrent fortement les artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. Son ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés, publié la même année que l’invention de la photographie, témoigne de l’intérêt de l’époque pour les phénomènes lumineux et la perception des couleurs. Considéré de son vivant comme une figure scientifique éminente, Chevreul, alors centenaire, est interviewé et photographié par Nadar père et fils qui livrent une forme nouvelle de récit par la photographie considéré aujourd’hui comme une préfiguration du reportage photographique, qui sera publié sous le titre « L’art de vivre cent ans » dans Le Journal illustré du 5 septembre 1886.
« Fin août 1886, le chimiste et physicien fête son centenaire ; le photographe Félix Nadar obtient une « entrevue photographique » avec le savant. Chevreul, spécialiste de la chimie des corps gras (...) et théoricien de la couleur. C’est Nadar fils qui réalise les prises de vue (sans doute au cours de trois séances) pendant que son père interroge le savant (en pantoufles) à son domicile, assis à une table. La nouveauté consiste à ne pas « prendre la pose » et à ignorer le dispositif photographique ; la liaison particulière entre l’image et la parole - souvent sous-entendu dans la photographie - est ici érigée en principe de connaissance. (...) l’avant-garde du reportage sur le vif. » Michel Frizot.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue