• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Simone de BEAUVOIR. Manuscrit autographe…

Lot 14
1 200 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 2 048 €

Simone de BEAUVOIR. Manuscrit autographe…

Simone de BEAUVOIR. Manuscrit autographe de sa préface à La Bâtarde de Violette Leduc, [1964] ; 36 pages in-4 sur papier quadrillé avec de nombreuses ratures et corrections (on joint une dactylographie incomplète)
Importante préface pour La Bâtarde, faisant l’éloge de l’œuvre de sa protégée, Violette Leduc.
Elle a lu dès 1945 le manuscrit de Ma mère ne m’a jamais donné la main, et a tout de suite été saisie par Violette Leduc. « Les titres de ses livres – L’Asphyxie, L’Affamée, Ravages, ne sont pas riants. Si on les feuillète, on entrevoit un monde plein de bruit – et de fureur – où l’amour, souvent, porte le nom de haine, où la passion de vivre s’exhale en cris de désespoir ; un monde dévasté par la solitude et qui de loin paraît aride. Il ne l’est pas. “Je suis un désert qui monologue” m’a écrit un jour Violette Leduc : j’ai rencontré dans les déserts des beautés innombrables. Et quiconque nous parle du fond de sa solitude nous parle de nous. L’homme le plus mondain ou le plus militant a ses sous-bois où personne ne s’aventure, pas même lui, mais qui sont là : la nuit de l’enfance, les échecs, les renoncements, le brusque émoi d’un nuage au ciel. Surprendre un paysage, un être tels qu’ils existent en notre absence : rêve impossible que nous avons tous caressé. Si nous lisons La Bâtarde, il se réalise, ou presque. Une femme descend au plus secret de soi, et elle se raconte avec une sincérité intrépide, comme s’il n’y avait personne pour l’écouter. “Mon cas n’est pas unique” dit Violette Leduc en commençant ce récit. Non : mais singulier et significatif. Il montre avec une exceptionnelle clarté qu’une vie, c’est la reprise d’un destin par une liberté »…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue