• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Louis-Ferdinand CÉLINE (1894-1961). L.A.S.…

Lot 26
1 200 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 536 €

Louis-Ferdinand CÉLINE (1894-1961). L.A.S.…

Louis-Ferdinand CÉLINE (1894-1961). L.A.S. « Louis-F. », [Saint-Germain-en-Laye] « le 4 » [octobre 1939], à son « vieux Polo » [Gen-Paul], avec une P.A.S. « D Destouches »; 3 pages in-4 (papier jauni, marques de plis), sous chemise toilée à rabats, pièce de titre sur le plat sup
Belle lettre au lendemain de la déclaration de guerre, alors qu’il vient d’ouvrir un cabinet médical à Saint-Germain-en-Laye.
« Évidemment, c’est infernal et ça devient même marrant à force d’être sinistre. Enfin vu qu’on est nés dans ce cauchemar on aurait tort d’être difficile. Pas de raisons d’en sortir – des petits entractes tout au plus »… Ce que Polo dit sur sa femme est grave : Céline lui fait une ordonnance pour la débarrasser de l’œdème des jambes, tout en assurant son ami qu’il est toujours à sa disposition. « J’ai une petite cagna suffisante ici pour un solitaire – et de grand cœur. Chassant après un petit boulot (pas trouvé), j’ai rencontré Labric rue d’Enghien en vélo – tout gaillard. Question médecine je vais peut-être tout de même me défendre sur le tas. Si je faisais ma livre par jour je serais aux anges. Tout sauvé ! J’ai déjà eu 3 clients ! Tout à la médecine ! La tôle est en friche. Je ne fais pas de frais. J’attends le client. Tu décoreras éventuellement. La Pipe [Lucette Almansor] est au ménage – ma mère bourdonne – elle fait les rues avec les cartes-modèle […] Enfin la truanderie générale marrant au fond. Si on entrevoyait la fin – mais c’est du jour le jour, de l’heure de l’heure. C’est déjà joli – le coin est agréable s’il n’y avait pas toute cette horreur suspendue. Les gens ne sont pas meilleurs dans la catastrophe. Encore plus aigres hélas ! Inutile de te dire que je n’ai rencontré personne de la Butte – ne parle pas de St Germain. Ce sont tous des double-six et de vilains crabes. Enfin on verra la suite. Denoël ne donne pas signe de vie. Il va faire froid bientôt. J’attends du charbon. La nouille marche dure. La pipe est une fine cuisinière à très petits frais. On danse dans la cave. […] La pauvre vie de rats ! »…
Il a joint une ordonnance pour une solution de digitaline cristallisée (« 5 gouttes le matin à jeun dans ½ verre d’eau sucrée – 5 jours par semaine »), et pour des cachets de théobromine (« un à chaque repas »).
Lettres, Bibl. de la Pléiade, p. 564 (39-36), incomplète.
Reproduit page 15
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue