• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

École BOURGUIGNONNE du milieu du XVe siècle…

Lot 6
4 000 - 6 000 €

École BOURGUIGNONNE du milieu du XVe siècle…

École BOURGUIGNONNE du milieu du XVe siècle
Portrait d’homme au turban vert
Panneau de chêne, deux planches, renforcé (fragment), cintré dans la partie supérieure
22 x 17 cm
Restaurations anciennes, manques et fentes

Provenance :
Acquis dans le commerce d’art par Jean Riechers au début des années 1960.

Bibliographie :
Charles Sterling, « La peinture de tableaux en Bourgogne au XVe siècle », Annales de Bourgogne, 50, 1978, 1, p. 13, fig. 6, repr.

En 1938, Gustav Glück propose une attribution à Petrus Christus pour ce petit panneau. Un an plus tard, Max J. Friedlander se montre beaucoup plus réservé dans un certificat au dos d’une photographie, et le pense flamand vers 1450, entre Christus et Weyden. A cette époque, le tableau était entièrement repeint, notamment dans le fond qui présentait une fausse arcature (fig. 1). Après l’avoir acquis, Jean Riechers contacte Charles Sterling qui le replace en Bourgogne, vers 1545. Le tableau est « dérestauré « par Catherine Binda en 1965, qui enlève les additions modernes, le fond faux, dégage les contours, ce qui donne plus de puissance au visage.

Le cadrage est inhabituel pour un portrait. On peut se demander s’il ne s’agissait pas d’un saint originellement en pied, que l’on aurait transformé en un portrait. On a quelques points de comparaison pour le milieu du XVe siècle en Bourgogne : La Présentation au Temple avec deux donateurs du musée de Dijon, provenant de la chartreuse de Champmol (attribuée avec prudence au présumé Jean de Maisoncelles) et La Messe de saint Grégoire du Louvre (attribuée récemment au peintre Guillaume Spicre).

La qualité psychologique de l’expression est évidente, l’accord du rouge de garance et du vert olive très efficace. Les portraits d’hommes de ce type sont liés à plusieurs modèles eyckiens (le portrait conservé à Budapest, Le portrait dit Timotheos - « Léal Souvenir » - de la National Gallery de Londres, avec ce même chaperon vert dont la cornette descend sur l’épaule, ou plusieurs dessins du cercle de Jan Van Eyck à la pointe d’argent). Sterling rapproche notre peinture de l’Isaïe (Rotterdam, Boijmans Van Beuningen) de Bartélemy d’Eyck dans le Triptyque de l’Annonciation d’Aix, de datation similaire, comme un exemple des échanges entre la Provence et la Bourgogne au milieu du XVe siècle

Nous remercions le professeur Frédéric Elsig de l’aide qu’il nous a apportée pour la rédaction de cette notice.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue