• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Jacques LINARD (Troyes 1597 - Paris 1645)…

Lot 18
30 000 - 40 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 102 400 €

Jacques LINARD (Troyes 1597 - Paris 1645)…

Jacques LINARD
(Troyes 1597 - Paris 1645)
Paniers de quetsches et abricots sur un entablement
Panneau de tilleul, parqueté
22,8 x 30,5 cm
Signé et daté en bas à droite : IS LINARD 1638
Restaurations anciennes

Provenance :
Galerie Pardo, 1953 ;
Acquis auprès de cette galerie par Jean Riechers en 1953.

Bibliographie :
Curt Benedict, Notes sur Jacques Linard, extrait du volume Etudes d’Art, n° 13, Alger, Musée National des Beaux-Arts d’Alger, 1957, reproduit p. 26, fig. 7 ;
Jean-François Revel, Linard, Connaissance des Arts, n° 79, 1958, reproduit p. 61 ;
Michel Faré, La nature morte en France, son histoire et son évolution du XVIIe au XIXe siècle, Genève, P. Cailler, 1962, tome II, fig. 21 ;
Michel Faré, Le grand siècle de la nature morte en France, Le XVIIe siècle, Paris, Office du Livre, 1974, reproduit p. 28 ;
Mickaël Szanto, Pour Jacques Linard, peintre de natures mortes (Troyes, 1597 - Paris, 1645), Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 2001, pages 25-61, 2002 (notre tableau cité page 46) ;
Philippe Nusbaumer, Jacques Linard (1597-1645), Catalogue de l’œuvre peint, Le Pecq-sur-Seine, Nusbaumer, 2006, p. 60-61, n°15, repr.

Tout comme Louyse Moillon, Jacques Linard compte parmi les peintres parisiens de natures mortes actifs dans la première moitié du XVIIe siècle, recherchés pour leur style réaliste teinté d’austérité. Son travail se rapproche plutôt d’Osias Beert ou de Lubin Baugin.
Originaire de Troyes, il s’installe à Paris sans doute dans les années 1620. Outre sa charge de valet de chambre du roi, il fait commerce de tableaux et compte, parmi ses élèves, son neveu Nicolas Baudesson qui devient fort célèbre comme peintre de fleurs. Les sujets de Linard sont relativement diversifiés, il s’intéresse aussi bien aux fruits qu’aux fleurs, aux poissons et autres crustacés.
Notre panneau est daté de la maturité de l’artiste. Malgré un apparent désordre, la composition a été savamment étudiée. Elle laisse voir un panier en osier rempli de prunes très mûres de couleur bleu violacé, pour certaines toujours accrochées à leur branche, à gauche duquel repose trois abricots accompagnés d’une figue sur la droite. Deux gouttes d’eau s’en échappent. On retrouve ce même cadrage très serré dans le Panier rempli de grenades, raisins et pêches du Louvre (vers 1644) et ces mêmes quetsches dans d’autres œuvres de Linard (Nusbaumer, op. cit, n°4, 19,29, 53). La lumière entre dans le tableau par l’angle gauche et caresse les fruits d’un halo chaleureux, anticipant Jean-Baptiste Siméon Chardin.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue