• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918). L.A.S.,…

Lot 3
4 000 - 5 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918). L.A.S.,…

Guillaume APOLLINAIRE (1880-1918). L.A.S., Paris 8 juillet 1918, [à Misia Sert] ; 4 pages petit in-8, en-tête Ministère des Colonies, Cabinet du Ministre (petite fente réparée à un pli).

Superbe lettre, quelques mois avant sa mort, dans laquelle il défend et explique son recueil Calligrammes, que Misia Sert avait jugé sans le lire attentivement.
« La lettre que je voulais vous écrire n’avait pour but que de vous remercier pour votre franchise et aussi de protester très doucement contre ce jugement porté sur un livre à peine parcouru. N’ayant qu’un goût médiocre pour la poésie en général, ne fûtes-vous pas entraînée à le détester aussitôt parce qu’il s’agit de poèmes et que ceux-ci traitent de la guerre. Goethe, lui aussi (dont vous goûtez les poésies traduites en prose) a écrit un livre de guerre, épopée bourgeoise s’il en fût jamais : Hermann et Dorothée ! Je ne sais si vous trouvez cette idylle plus bouffonne que mes Calligrammes ? Avec tout le respect que m’inspire le grand européen de Weimar, je la trouve embêtante. Je n’aurai certes pas le front de faire moi-même mon apologie, mais accordez-moi qu’il n’y a dans mes livres, assurément variés touchant le fond et la forme, touchant surtout la matière poétique, aucun esthétisme. La guerre qui est chantée dans Calligrammes sort de moi-même, elle est en connexion étroite avec ma vie. N’est pas l’excuse et la raison de ce livre que j’aie fait la guerre ? Et puis j’y ai mis si peu de choses de guerre. Et y a-t-il vraiment autre chose dans ce livre que de la vie, de l’espoir, de la souffrance transfigurée autant qu’il m’a été inspiré ? Tout cela apparaîtrait mieux sans doute à la très belle lectrice qui se donnerait la peine de lire le recueil et de laisser chanter les poèmes qui s’y trouvent. Les textes lyriques veulent et valent qu’on les sollicite »… Il ne se souvient plus si Goethe détestait la guerre : « je considère qu’elle peut être pour la France un bien et cela suffit pour que je ne la déteste pas, puisque d’autre part je ne me suis jamais ennuyé sur le front »… Puis il rapporte une amusante conversation avec le baron F. à propos d’Hermann et Dorothée, où ce dernier compare l’apothicaire à M. Homaïs : « Et ce tréma si particulièrement éloquent, coupant court à une conversation trop profonde, me laissa perplexe touchant la question de savoir, si en effet, il n’y a pas quelque chose de Goethien chez Flaubert. Je n’ose examiner la même question à mon propos bien que je sois né à la même date que l’auteur de Faust »…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue