• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Giorgio de CHIRICO (1888-1978). L.A.S., Rome…

Lot 28
1 500 - 2 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Giorgio de CHIRICO (1888-1978). L.A.S., Rome…

Giorgio de CHIRICO (1888-1978). L.A.S., Rome 4 juin 1956, à l’expert en tableaux Guy Isnard ; 5 pages petit in-4, adresse au verso du dernier feuillet.

Importante lettre sur les faux « Chirico » qu’on lui attribue.
Faisant référence à l’ouvrage d’Isnard Les Pirates de la Peinture, que son avocat a cité lors d’un procès contre une galerie de Milan, Chirico fustige ceux qui font commerce de ces faux, les galeristes comme les musées. Ce procès ayant duré huit ans et lui ayant coûté pas mal d’argent, il renonce désormais à poursuivre en justice les faussaires, se contentant de les dénoncer à la police afin de faire mettre sous séquestres les toiles incriminées, tout en regrettant que les lois italiennes soient moins sévères qu’en France. « A Paris il y a un grand nombre de faux “de Chirico” ». Il en a ainsi découvert un qui était exposé depuis cinq ans au Musée d’Art Moderne, a écrit au musée pour faire enlever cette toile, mais le directeur s’est conduit de façon grossière : « sans me répondre directement il a publié sur les journaux français, et même italiens, des déclarations qui, sans préciser qu’il considérait le tableau authentique, disaient que moi j’ai l’habitude de déclarer faux des tableaux authentiques, que je suis l’ennemi de l’Art Moderne, et même de la France etc., etc. Comme moi j’insistai […] j’ai publié la foto de ce faux, à la fin, il paraît qu’il s’est décidé de le faire retirer »... Chirico poursuit en s’en prenant à plusieurs galeries parisiennes comme à d’autres « foyers de faux “de Chirico” » à Bâle, Zurich ou New-York. …« Tout cela est le résultat de l’amoralité de notre époque, du grand besoin qu’ont les gens, dans tous les pays, de se procurer de l’argent et surtout de l’ignorance et du snobisme des collectionneurs et des ainsi dits “amateurs d’art” »…
On joint une photographie (24 x 18 cm) d’un tableau, avec note autographe de Chirico au verso, indiquant que cette toile intitulée Les Archéologues, appartenant au Musée d’Art Moderne de New York, est un faux, et que, faute d’avoir eu une réponse précise de la part du Musée, il a fait publier cette photo dans la presse italienne.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue