• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Jean GENET (1910-1986). Manuscrit autographe…

Lot 48
3 000 - 4 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Jean GENET (1910-1986). Manuscrit autographe…

Jean GENET (1910-1986). Manuscrit autographe signé, Après avoir passé plusieurs mois avec les feddayn j’écris ce livre, [1971] ; 18 pages in-4 d’un Bloc notes, la plupart encore attachées au bloc, foliotées ; titre et signature sur la couverture de papier rose du bloc.

Projet de préface qui semble inédit pour un livre sur la « révolution palestinienne », qui deviendra Un captif amoureux (ouvrage posthume, 1986).
Genet replace d’abord la situation en Palestine dans son contexte historique et politique : « Le sens du mot révolution est multiple. […] Pour les Palestiniens, les mouvements de libération peuvent leur apparaitre comme une révolution à l’intérieur du monde arabe. On ne leur en fera aucune querelle, mais c’est avec une certaine tristesse que l’on apprend que le mot “fedday” veut dire en arabe sacrifié. Cet excès de résignation aurait pu disparaitre si les feddayn étaient partout vainqueurs, mais aujourd’hui ils semblent en effet sacrifiés à l’armée jordanienne ». Il explique que le 20 février 1971 les trois principaux mouvements (Fatih, FDPLP, Saïda) décident d’avoir un commandement militaire unique. Mais le LCCOLP s’oppose à la création d’un état palestinien : « L’existence d’un tel état serait souhaitée par l’URSS. Territorialement il occuperait la Cisjordanie et une partie de la Transjordanie »… Genet décrit la vie des Palestiniens, de ces feddayns pris en otages par tant d’enjeux contraires et menaçants, les actions de la résistance palestinienne, le rôle de l’Islam sur ces territoires, de l’URSS (qui soutient les palestiniens), des États-Unis (pro-Israël), etc… Il insiste sur l’importance du rôle de la femme palestinienne : « Rien ne pourra être entrepris sérieusement si l’on n’accepte pas la libération de la femme palestinienne. Il ne s’agit pas seulement de la femme dans la vie publique, politique […]. Ce pouvoir elle l’exerce mais par le biais d’une suggestion alors qu’en dernier ressort c’est l’homme qui décide. Il est indispensable que la femme se libère de toutes les contraintes que lui impose la société musulmane et le rigorisme des mâles »… Genet enfin dénonce les camps, qui sont devenus l’incarnation symbolique de la terrible situation de la Palestine : « le peuple palestinien, dès qu’il prend conscience de son homogénéité […] est prêt à vivre d’abord un misérabilisme arabe, une sorte de morosité. Les camps nommés – car l’insulte est aussi dans le langage, dans les appellations outrageantes – camps de réfugiés, leur structure, leur disposition dans le paysage jordanien, la monotonie des abris, en tôle ou en terre, sont aptes à les ensevelir plus profondément dans la rancœur ». Il revient sur la question de la révolution palestinienne : « Il est assez clair que pour beaucoup d’Arabes, la révolution palestinienne représente un des moyens par lesquels […] le monde arabe s’arrachera à son embaumement et bientôt peut retrouver sa puissance passée »… Etc.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue