• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • art

Gustave FLAUBERT. L.A.S., [Paris] mercredi…

Lot 111
1 000 - 1 200 €
Résultats avec frais
Résultat: 1 500 €

Gustave FLAUBERT. L.A.S., [Paris] mercredi…

Gustave FLAUBERT. L.A.S., [Paris] mercredi [9 mai 1877], à Léon Cladel à Sèvres ; 2 pages in-8, enveloppe (quelques petites taches d’eau, fentes aux plis réparées, petites marques de ruban adhésif).
Lecture avant publication de Celui de la Croix-aux-Bœufs de Cladel (le 30 avril, Flaubert avait accepté de lire le manuscrit ; le livre paraîtra chez Charpentier).
« J’ai commencé votre bouquin hier à 11 heures il était lu ce matin à 9 ! Et d’abord il faut que Dentu soit fou, pour avoir peur de le publier. Rien n’y est répréhensible soit comme politique, soit comme morale. Ce qu’il vous a dit est un prétexte ? Quant à Charpentier (auquel je remettrai vos feuilles vendredi – jour où je dîne chez lui) je vais lui chauffer le coco violemment, & en toute conscience, sans exagération & sans menterie. Car je trouve votre livre, un vrai livre. C’est très bien fait, très soigné, très mâle. & je m’y connais mon bon. J’ai deux ou trois petites critiques à vous faire (des niaiseries) – ou plutôt des avis à vous soumettre. Ainsi le mot “pécaïre” me paraît trop souvent répété. Q[uelque]fois, il y a des prétentions à l’archaïsme et la naïveté. C’est l’excès du bien. – Mais encore une fois, soyez content & dormez sur vos deux oreilles – ou plutôt ne dormez pas – et faites souvent des œuvres pareilles. La fin est simplement sublime ! – & du plus grand effet »…
Correspondance (Pléiade), t. V, p. 231.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue