DESSINS

Dessins anciens et modernes : une sélection de qualité muséale présentée aux enchères

Télécharger le dossier de presse

Par leur pertinence artistique et leur portée historique, les œuvres présentées lors de la deuxième vente annuelle de dessins anciens et modernes de la maison Ader, vendredi 8 novembre 2010 à Paris, Drouot, font écho aux grandes expositions en cours ou récemment organisées par les institutions muséales. Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique, assistés par le cabinet d’expertise de Bayser, mettront notamment en vente un pastel de Degas présenté au moment de sa rétrospective au musée d’Orsay, ainsi que d’autres belles feuilles de Modigliani, Paul Klee, Le Corbusier, et du peintre italien de la Renaissance Le Parmesan : autant d’artistes dont la virtuosité du dessin a été défendue par des musées comme le Centre Pompidou et le Louvre...


Temps fort du marché des dessins anciens et modernes, la vente de la maison Ader est particulièrement attendue par les collectionneurs et les amateurs de ce médium. « Les acheteurs ont toujours un rapport très sensible aux œuvres sur papier. Ils recherchent l’immédiateté et la spontanéité du trait, le premier geste de l’artiste... Les esquisses et les dessins préparatoires permettent également d’observer le processus créatif des artistes et l’évolution de leur trait », détaille Camille Maujean du département dessins de la maison de ventes.
 
« L’exigence de notre département de dessins anciens et modernes rejoint aujourd’hui les choix artistiques et scientifiques des plus grands musées internationaux », soulignent Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique
Les artistes figurant au catalogue sont nombreux à avoir été mis à l’honneur par les institutions muséales pour leurs talents de dessinateurs. Les commissaires-priseurs présenteront ainsi un paysage de Degas au moment de sa rétrospective au musée d’Orsay, un pastel de Le Corbusier peu de temps après l’exposition du musée Picasso d’Antibes intitulée « Le Corbusier, le Jeu du dessin », une mine de plomb de Modigliani quelques mois à peine après la présentation d’un dessin de l’artiste dans l’exposition de la Fondation Custodia « le musée Pouchkine : 500 ans de dessins de maîtres », une encre de Paul Klee rappelant les belles feuilles présentées lors de sa rétrospective au Centre Pompidou et une esquisse de l’artiste italien de la Renaissance Parmigianino qui fait directement écho à la récente exposition « Le Parmesan, dessins du Louvre » organisée dans l’aile Denon du musée*...



Un rare paysage au pastel de Degas représentant une demeure familière...
Edgar Degas a souvent représenté les Valpinçon dans ses œuvres, la famille de son grand ami Paul, rencontré au lycée Louis-le-Grand à Paris. Ce dessin montre la propriété des Valpinçon dans laquelle l’artiste se rendait souvent : le château de Mesnil-Hubert, situé dans l’Orne. « Son ami Paul, peintre amateur, s’y fait aménager un atelier dans une dépendance qu’il partage avec Edgar, quand ce dernier est au château. " Ces grands aplats rehaussés de quelques petites touches, notamment pour symboliser les fleurs, pourrait rapprocher ce dessin du mouvement Nabi ; mais ce courant s’avère pourtant postérieur à la réalisation de ce pastel résolument précurseur », détaille l’expert Augustin de Bayser. Le pastel de Degas est estimé de 40 000 à 60 000 euros.

L’esquisse d’une amitié par Modigliani
Sur ce dessin, Modigliani représente René Chalupt, célèbre poète de la première moitié du XXe siècle dont les textes ont été interprétés par les plus grands musiciens, comme Maurice Delage et Erik Satie. Esquissé rapidement, ce dessin intimiste révèle la relation d’amitié qui liait l’artiste à « René », comme il l’inscrit en toutes lettres et de manière visible à la mine de plomb. Modigliani lui en fit d’ailleurs cadeau. Estimé 30 000 à 50 000 euros, ce dessin est caractéristique du style de l’artiste par la simplification des traits et des volumes et la dimension humaniste de son œuvre.




Un témoignage de l’inconscient d’André Masson
« Le papier permet à l’artiste de retrouver une certaine immédiateté, une spontanéité que la peinture sur toile n’offre pas forcément », explique Camille Maujean. Dans ses célèbres « Dessins automatiques », l’artiste surréaliste André Masson tente de se libérer de ses pensées conscientes pour accéder à son inconscient. « Ces dessins sont des traces rudimentaires, presque abstraites. À de fins et multiples réseaux de traits émergent des objets, des membres ou des animaux. » Les trois « dessins automatiques » de Masson présentés à la vente, estimés autour de 1 500 euros la feuille, proviennent de l’ancienne collection du célèbre galeriste et marchand d’art Paul Rosenberg.

Le cheminement artistique de Le Corbusier
Mises à l’honneur par le musée Picasso d’Antibes lors de son exposition « Le Corbusier, le Jeu du dessin », les œuvres sur papier de l’architecte sont très rares sur le marché. « Nous présentons un très rare dessin de 1922, il s’agit d’une composition puriste illustrant le courant esthétique adopté alors par le Corbusier et prônant le retour à l’ordre et la perfection, explique Camille Maujean du département dessin de la maison Ader. L’agencement des formes représentées, un verre, de cartes à jouer, une pipe et la volute d’un violon, semble se dessiner progressivement, à mesure que ses idées arrivent. » Ce pastel de Le Corbusier, provenant de la famille d’un collaborateur de l’architecte, est estimé de 50 000 à 80 000 euros.




L’illustration du processus créatif
Particulièrement recherchés par les acheteurs, les esquisses et les dessins préparatoires permettent d’observer le processus créatif des artistes, l’évolution de leur trait et leurs thèmes de prédilection. Plusieurs croquis seront mis aux enchères, comme les « Deux moutons broutant » de Girolamo Francesco Mazzola dit Le Parmesan (1503-1540), dont plusieurs autres études de moutons et de brebis sont aujourd’hui connues. Estimée de 6 000 à 8 000 euros, cette œuvre de l’artiste italien de la Renaissance présentée par la maison Ader est d’ailleurs une totale redécouverte. Un « Ibis noir » vient également compléter cette série de croquis animaliers. Il s’agit d’un dessin de Jacques Barraband (1745-1809), illustrateur spécialisé en zoologie et auteur de nombreuses planches pour des ouvrages d’histoire naturelle et d’ ornithologie. Napoléon, qui appréciait particulièrement son travail, lui demandera de décorer la salle à manger du château de Saint-Cloud. L’aquarelle présentée à la vente est estimée de 12 000 à 15 000 euros.



Une étude d’Ingres pour un vitrail d’une chapelle parisienne
Située dans le XVIIe arrondissement de Paris, l’église Notre-Dame-de-Compassion, autrefois appelée chapelle Saint Ferdinand, abrite des vitraux dessinés par Ingres. Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique présenteront un dessin préparatoire de l’artiste pour le vitrail de l’archange estimé de 6 000 à 8 000 euros. Une autre étude d’Ingres pour ce vitrail est conservée au musée du Louvre, et des dessins préparatoires figurent également dans les musées de Chantilly et de Montauban.

Un croquis de Géricault esquissé dans un musée...
Géricault aurait réalisé ce croquis au Louvre devant la statue originale de la Vénus de Médicis, dont seule une copie datant du Ier siècle avant JC est aujourd’hui présentée au public, dans la galerie des Offices à Florence. La reproduction des antiques était un exercice particulièrement apprécié par les artistes à l’époque de Géricault. Cette esquisse, estimée de 15 000 à 20 000 euros, figure également plusieurs annotations au crayon comme : « Dermille, rue des Francs Bourgeois, n° 12, sur la place saint Michel ». Une adresse certainement jetée sur son carnet de croquis pour ne pas l’oublier...


 
*Liste des expositions citées
- « Degas à l’Opéra » de septembre à janvier 2020 au musée d’Orsay
- « Le musée Pouchkine : 500 ans de dessins de maîtres » de février à mai 2019 la Fondation Custodia
-« Paul Klee, L’ironie à l’œuvre » d’avril 2016 à août 2016 au Centre Pompidou
- « Le Parmesan, dessins du Louvre » de décembre 2015 à février 2016 au Louvre
« Le Corbusier, le Jeu du dessin » de novembre 2015 à janvier 2016 au musée Picasso à Antibes

Télécharger le dossier de presse
Dessins
vendredi 08 novembre 2019 14:00
Salle 6, Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Lots Infos Drouot Live Enchérissez en direct