Louis GODARD (1829-1885) aéronaute

Lot 276
Go to lot
Estimation :
400 - 500 EUR
Result without fees
Result : 1 000EUR
Louis GODARD (1829-1885) aéronaute
Manuscrit autographe signé, Commission impériale. Exposition universelle de 1867 à Paris. Lettres et questions de Mr Desvernay délégué de la Commission à Mr Louis Godard aéronaute. Réponses et Plans de Mr Louis Godard, [1866]; cahier de 13 pages in-fol. Échanges en vue d'inclure des ascensions en ballon au programme de l'Exposition Universelle de 1867. 19 juin 1866. Godard peut construire un ballon de 1000 à 6000 mètres cubes pouvant rester 8 ou 10 jours gonflé au gaz. «Voici ce que l'on pourrait faire: Ascensions libres avec voyageurs. Ascensions captives nuit et jour. À la descente des ascensions captives, on pourra prendre les voyageurs dans la nacelle en photographie. Ascensions le jour pouvant faire de la photographie en l'air. Ascensions de nuit avec voyageurs enlevant de la lumière électrique et pouvant voir Paris éclairé à vol d'oiseau. L'on peut enlever plusieurs pièces d'artifice représentant des dessins allégoriques»... Un ballon de 900 m3 construit pour la guerre d'Italie attend au garde-meuble; il a aussi construit le Géant... ? Questions d'Arnould Desvernay, de la Commission impériale, sur la mise en oeuvre de ces propositions, la sécurité des bâtiments environnants, le coût... ? Précisions apportées par Godard, en réponse à ces questions: «On pourra s'élever de 250 à 300 mètres de hauteur»... Un ballon de 6000 m3 aura plus d'attrait pour le public; il recommande un autre de 2000 m3, afin de faire des ascensions libres et captives. «Il ne faut pas plus de dix minutes pour monter et descendre, plus le temps que l'on jugera nécessaire de rester en l'air (soit ¼ d'heure ou ½ heure) [...]. Pour les maisons et le Palais de l'Exposition il n'y aurait rien à craindre. Du reste nous donnerons une grande force ascensionnelle de 2 à 300 kilogr. [...] Il n'y aurait qu'en cas d'ouragans et de trop grands vents que les ascensions captives ne pourraient pas avoir lieu. Donc il n'y aurait aucun danger»... 1er août 1866. Desvernay propose de remiser un ballon dan
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue