Marie-Thérèse de Bourbon, princesse de Conti... - Lot 654 - Ader

Lot 654
Go to lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Result with fees
Result : 275EUR
Marie-Thérèse de Bourbon, princesse de Conti... - Lot 654 - Ader
Marie-Thérèse de Bourbon, princesse de Conti (1666-1732) fille d’Henri-Jules de Bourbon prince de Condé et d’Anne de Bavière, dite « Mademoiselle de Bourbon », épouse (1688) de François-Louis de Bourbon prince de Conti (1664-1709) LAS « Marie Terese de Bourbon », Issy 9 octobre [1723, au cardinal de Fleury] ; 4 pages in-4 (quelques petits trous au pli intérieur du bifolium sans toucher le texte ; portrait joint) Au sujet de son fils Louis-Armand, dit « le singe vert », débauché, vérolé et jaloux, dont les violences conjugales envers son épouse infidèle avaient conduit celle-ci à s’enfuir dans un couvent [Le prince de Conti en appela au Parlement pour la récupérer ; la princesse, née Louise-Élisabeth de Bourbon-Condé, réintégra le domicile conjugal en 1725] Son fils vient de lui rendre compte d’une conversation avec le duc d’Orléans, « depuis qu’il vous a veu ches le roy Elle m’aflige extremement et je ne puis m’empecher d’avoir encore recours à vous Nous avons totalement prouver la verité de l’estat de Mde la princesse de Conti et je suis sure que l’on en est persuadé Je ne veux sependent pas croire que l’on veulent aneentir tout a fait les loix du mariage et les droits des maris ils sont esgaux dans tous les pais et dans toutes les religions ; j’auray lhonneur de voir jeudy Mr le duc d’Orleans et nous resonnerons a fond sur tout cela ; mais en atendent je vous prie monsieur de relire ma derniere lettre et de me faire le plaisir d’en parler à Mr le duc d’Orleans en esvesque de vostre caractaire par raport au roy a luy et a nous ; car enfin malgré tout ce que jay prové dans cette lettre sur les santances Mr le duc d’Orleans dit encore qu’elles ne l’empechent pas de sortir mais en verité pourquoy scandaliser toutte l’Europe et revolter tous les marits quand on a un moyen si seur de se tirer daffaire Que lon laisse juger le proces peutestre le parlement donnera til a Mad la princesse de Conti ce qu’elle demande et nous ne nous plaindrons jamais quand les choses s
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue