GONCOURT (Edmond et Jules de). Manette Salomon.... - Lot 65 - Ader

Lot 65
Go to lot
Estimation :
2000 - 3000 EUR
Result with fees
Result : 2 500EUR
GONCOURT (Edmond et Jules de). Manette Salomon.... - Lot 65 - Ader
GONCOURT (Edmond et Jules de).
Manette Salomon.
Paris : Librairie internationale ; Bruxelles, Leipzig, Livourne : A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, 1868. — 2 tomes en un volume in-18, 183 x 116 : (3 ff.), 320 pp. ; (2 ff.), 316 pp. Demi-chagrin noir, dos lisse orné (reliure de l’époque).

Seconde édition.
« Ce roman des deux frères Goncourt (1867) est une Comédie humaine de la peinture. Le héros principal voit son talent progressivement ruiné par la femme qu’il aime, son modèle et sa maîtresse, Manette Salomon. Il a pour ami un autre artiste, également raté, mais par paresse et goût de la plaisanterie. En contrepoint, un génie inspiré par Rousseau, Millet, Corot, et un peintre mondain et officiel, couronné de succès. Cette intrigue fait revivre toute l’histoire de la peinture entre 1840 et 1860, à l’ombre d’Ingres et de Delacroix, à côté de l’École de Barbizon. On y voit l’École des Beaux-Arts, la Villa Médicis, les Salons. » (Arguments des éditions Gallimard pour la réédition de l’ouvrage en édition Folio classique).
Précieux exemplaire enrichi d’un envoi de la main de Jules Goncourt adressé à la lorette Marie Lepelletier :
à Marie / / souvenir du vieux temps / / Edmond et Jules
Lorsqu’elle rencontra Edmond de Goncourt, Marie Lepelletier était une jeune fille de 16 ans. L’écrivain lui fit la cour au bal Mabille et elle devint sa maîtresse avant d’aller dans les bras de Jules en 1847-1848. Elle est plusieurs fois citée dans le Journal des frères Goncourt, notamment en janvier 1855 : « Je retrouve une maîtresse de mes dernières années de collège, une maîtresse que j’ai désirée fixement, jusqu’à l’aimer pendant trois jours… Je me la rappelle rue d’Isly, dans ce petit appartement où le soleil courait et se posait comme un oiseau. J’ouvrais le matin au porteur d’eau. Elle allait, en petite bonnet, acheter deux côtelettes ; elle se mettait en jupon pour les faire cuire et nous déjeunions sur un coin de table avec un seul couvert de ruolz et le même
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue