[REVUES DE CHARME]. Paris magazine. Paris,... - Lot 226 - Ader

Lot 226
Go to lot
Estimation :
400 - 500 EUR
Result with fees
Result : 437EUR
[REVUES DE CHARME]. Paris magazine. Paris,... - Lot 226 - Ader
[REVUES DE CHARME].
Paris magazine.
Paris, janvier 1932-juillet 1939. — 90 numéros réunis sous 8 chemises demi-percaline à coins de l’éditeur.

Ensemble des n° 5 (janvier 1932) au numéro 95 (juillet 1939) de cette revue de charme mensuelle de l’entre deux guerres. La Revue des lectures du 15 janvier 1932 la présentait en ces termes peu élogieux : « Ce titre peut induire en erreur. En réalité, « Paris-Magazine » est un journal immoral, nettement délictueux, qui devrait être poursuivi par les Parquets. »
Ce journal commença à paraître à partir de septembre 1931 et proposait des photos, pour la plupart de charmes, des textes de fiction, notamment de Paul Reboux, Stéphane Corbière, Robert Dieudonné, Henri Duvernois, etc., des chroniques sur le cinéma, le théâtre, ainsi que des illustrations souvent humoristiques de Peynet, Meyer, Jodel, Bouvard, etc.
Parmi les photographes qui collaborèrent à ce journal figurait Brassaï, Germaine Krull, Gaston Paris, Bill Brandt, Kertesz, etc.
On trouve à la fin du dernier volume les numéros 2, 3, 4 et 5, d’août à décembre 1939, de la revue Le Magazine de Paris.
On joint :
- PARIS-HOLLYWOOD. Paris, 1948-1949. 88 numéros in-4, reliés en 3 volumes demi-simili cuir vert de l’époque.
Ensemble des numéros 31 à 118, qui sont parmi les premiers numéros de ce célèbre magazine bimensuel paru de 1947 à 1973, qui a dominé la presse pin-up en France et qui était considéré comme le summum de la pornographie autorisée dans la France gaulliste d’après-guerre. Il proposait des critiques de films centrées surtout sur les starlettes américaines représentées légèrement vêtues mais petit à petit il se tourna vers les plateaux de tournage et les cabarets parisiens, avec la collaboration de photographes professionnels du cinéma français, tels qu’André Diénès qui deviendra le photographe préféré de Marylin Monroe, et Roland Carré, photographe du prestigieux studio Harcourt. À partir du numéro 72, le lecteur pouvait retrouver au
My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue