[ARS MORIENDI]. Speculu(m) artis bene moriendi...

Lot 47
Aller au lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 250EUR

[ARS MORIENDI]. Speculu(m) artis bene moriendi...

[ARS MORIENDI].
Speculu(m) artis bene moriendi de temptationib(us) penis infernalib(us) interrogationib(us) agonisantiu(m). et varijs o(rati)onibus pro illo(que) salute faciendis.
[Cologne : Heinrich Quentel, vers 1493]. — In-4, 209?x?145 : (16 ff.) [A6 B4 C6] ; car. goth., 36 lignes. Broché, sous couverture de papier marbré du XIXe siècle et placé dans une reliure ancienne en demi-veau brun.

Pellechet, 1338. - BMC, I, 282. - Hain, 14912.

Véritable succès de la littérature de dévotion du Moyen Age, l’Ars moriendi (Art de bien mourir), a été largement diffusé sous forme manuscrite avant d’être imprimé à de nombreuses reprises aux XVe et XVIe siècles.

C’est en Allemagne que l’Ars moriendi vit le jour, d’abord dans une version longue en 1415, intitulée Tractatus artis bene moriendi, commandée à un moine dominicain resté anonyme, vraisemblablement lors du concile de Constance, puis aux Pays-Bas dans une version abrégée en 1450. Dans le second chapitre du texte primitif sont décrites cinq tentations assaillant l’homme face à la mort ainsi que les moyens d’y résister. La version de 1450 constitue essentiellement l’adaptation de ce second chapitre.

La présente édition fut imprimée à Cologne par Henrich Quentel (14..-1501) dans les années 1490. Sous le titre figure une gravure sur bois représentant un maître et deux disciples. Pellechet cite deux éditions imprimées par Henrich Quentel, donnant la primeur à celle-ci, imprimée vers 1493-1496 ; la seconde parut vers 1498.

Exemplaire placé dans une demi-reliure ancienne des plus modestes, tenu à l’intérieur à l’aide de papier craft autocollant. Trace d’un signet ancien au premier feuillet. Bord intérieur du titre collé à la couverture. Note ancienne à l’encre sur le titre concernant l’identité de l’imprimeur : « N. Haec figura sequenti etiam operi ab Henrico Quentell Coloniæ impresso, praefixa est. » Quelques rares annotations dans les marges.

Provenance : Jean-Baptiste Colbert de
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue