Cosima WAGNER (1837-1930) fille de Liszt...

Lot 105
Aller au lot
Estimation :
300 - 400 EUR
Laisser un ordre
Votre montant
 EUR
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Cosima WAGNER (1837-1930) fille de Liszt...

Cosima WAGNER (1837-1930) fille de Liszt et de Marie d’Agoult, femme de Richard Wagner. L.A., 17 mars 1861, à son « cher Clairon » [sa demi-sœur, Claire de Charnacé] ; 4 pages in-8 remplies d’une petite écriture.
Sur l’échec de Tannhäuser à Paris (13 mars 1861). Elle demande des nouvelles « du désastre Tannhäuser (c’est le cas de dire que le public a fait fiasco) […] Est-ce une chute avec sifflets, ou une chute d’indifférence, ou une chute d’estime ; y a-t-il eu lutte ou unanimité dans l’impression ; […] non pas qu’un insuccès à Paris puisse altérer en rien la situation morale de Wagner et le pouvoir qu’il exerce forcément sur l’art allemand, mais j’ai songé à l’avantage qu’en tireront tous les gazetiers, tous les envieux, et aux sujets de conversation que va fournir à la médiocrité ce petit événement. Mon pauvre baronnet aura été dans tous ses états, je regrette de n’avoir pas été là, je n’aime pas à être en dehors des peines et m’arroge le droit de partager les souffrances sans les joies »… Elle parle de leur mère, puis commente le « discours de Plon-Plon » [le Prince Napoléon] : « Il faut que les Napoléons se sentent bien forts pour jeter leur masque pardessus les moulins, et ils ne sont forts que par leur fidélité à une idée sinon à un principe ». Puis elle fait allusion aux remous politiques en Prusse, et juge assez sévèrement Hypatia de Charles Kingsley…
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue