Camille PISSARRO (1830-1903). L.A.S., Paris... - Lot 33 - Ader

Lot 33
Aller au lot
Estimation :
2500 - 3000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 200EUR
Camille PISSARRO (1830-1903). L.A.S., Paris... - Lot 33 - Ader
Camille PISSARRO (1830-1903). L.A.S., Paris 19 février 1892, au critique Noël Clément-Janin ; 1 page et demie in-8, enveloppe. Très belle lettre sur sa peinture et l’impressionnisme. Il remercie le critique de l’article sur son exposition chez Durand-Ruel... « Je n’ai rien à ajouter à votre manière de comprendre mes œuvres au point de vue philosophique ; cela est conforme à mes idées, de même la division des tons qui me permettent de donner plus d’intensité tout en conservant l’unité à l’ensemble en restant toujours clair et lumineux ». Cependant il relève quelques erreurs, pardonnables à quelqu’un qui ne connaît pas « les secrets du métier, tout individuel, de l’artiste. Ainsi, c’est une erreur de croire que les aspérités servent à accrocher les rayons lumineux, non, vraiment c’est absolument indépendant de la lumière ; d’ailleurs le temps nivèlera ces empatements et je fais souvent mon possible de les enlever. Je ne peins pas avec le couteau, ce serait impossible de diviser la couleur, je me sers de pinceaux de marthe fins et longs et c’est, hélas ! justement ces longs pinceaux qui occasionnent, malgré moi, ces rugosités ». Puis Pissarro tient à rectifier la façon dont Janin conçoit « l’évolution artistique » en ce qui le concerne : « Nous n’avons rien de commun avec Th. Rousseau, Harpigny, Bastien-Lepage, Roll, Binet, Raphaël Collin, non, là n’est pas la marche, surtout Bastien-Lepage que nous n’avons jamais pu comprendre ! Notre voie commence au grand peintre anglais Turner, Delacroix, Corot, Courbet, Daumier, Jongkind, Manet, Degas, Monet, Renoir, Cézanne, Guillaumin, Sisley, Seurat ! Voilà notre marche »...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue