Charles MOUCHEZ (1867-1911) fils de l’amiral,... - Lot 294 - Ader

Lot 294
Aller au lot
Estimation :
800 - 1000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 024EUR
Charles MOUCHEZ (1867-1911) fils de l’amiral,... - Lot 294 - Ader
Charles MOUCHEZ (1867-1911) fils de l’amiral, officier de marine, professeur à l’École navale. Manuscrit autographe signé, [Voyage à bord de “l’Iphigénie”], 1887-1888 ; 84 pages in-4 Récit d’une navigation vers les Canaries, Dakar et les îles du Cap-Vert. Relation d’une croisière effectuée à bord de l’Iphigénie entre le 6 octobre 1887 (embarquement à Brest) et le 17 février 1888 (arrivée à Barcelone). Elle est illustrée de 6 dessins dans le texte : Carte de Dakar et Gorée (f. 14), Hamac (f. 16), Pointe d’Europe à Gibraltar (f. 19), Crête à 415 m (id.), Vue générale de Gibraltar (id.), Château San Carlos, à Majorque (f. 20), et une carte hors texte montrant l’itinéraire de Dakar à La Praya, réalisée à l’encre sur papier calque (f. volant). Ce récit, rédigé au jour le jour, était destiné à sa famille : les 4 premières pages, envoyées à sa mère, contiennent des détails sur les préparatifs d’embarquement à bord du navire-école d’application, qui appareille le 10 octobre 1887. L’Iphigénie arrive à Vigo (Espagne) le 14 pour y rester jusqu’au 18, passe à proximité du détroit de Gibraltar le 20 et mouille à Las Palmas (Grande Canarie) du 25 au 27 octobre. Mouchez visite la ville et en donne une description. Puis il relate la fête du passage du Tropique, qui a lieu les 31 octobre et 1er novembre. Le navire mouille au large de Dakar le 8 novembre : l’équipage ne peut pas descendre à terre à cause d’un cas de variole et tout ravitaillement est impossible. Le 15, l’Iphigénie appareille pour se diriger vers La Praya (îles du Cap-Vert), où elle mouille le 18. Mouchez se rend trois fois à terre et visite une plantation de canne à sucre. Le 24 novembre, le navire appareille et arrive à Dakar le 2 décembre. L’élève-officier visite le village noir et rend visite au roi de Dakar, puis il achète un poignard et des oiseaux empaillés avant d’effectuer des exercices de canon. Le départ a lieu le 8 décembre ; le 11, l’Iphigénie mouille à proximité de Gorée, puis à l’anse Bernard, près de Dakar, mais reste en quarantaine. Le 18, le navire appareille pour La Praya. Les approvisionnements terminés, il reprend sa route le 23. Un nouveau mouillage a lieu à Gorée le 29 décembre, puis à La Praya du 3 au 11 janvier 1888. Mouchez effectue des observations astronomiques et des exercices à terre ou à bord du navire ; il visite aussi Trinité et l’île aux Cailles. Puis l’Iphigénie entame son voyage de retour : passage à proximité de Ténérife le 20 janvier, mouillage à Gibraltar du 5 au 7 février (avec une description de la ville), puis à Majorque (Baléares) du 10 au 12, et à Minorque, à Port-Mahon, du 13 au 15 ; jusqu’l’arrivée à Barcelone, le 17 février 1888. Dans cette relation, la vie à bord est longuement décrite, ainsi que les conditions de navigation. Mouchez précise que les travaux demandés aux élèves-officiers leur laissent peu de temps disponible, et que leurs seuls loisirs sont les visites à terre qu’ils effectuent à tour de rôle. « M. Testot-Ferry, l’officier photographe, nous fait une petite conférence puis fait la photographie de notre poste. Il fera reproduire tous les clichés à Toulon par un photographe et nous pourrons en acheter... Le papier sensible s’abîme rapidement et l’opération prendrait trop de temps à bord... » (23 octobre 1887)… Etc. On joint 2 documents manuscrits (dates de départ des correspondances depuis Paris ; numéro de service actif) et un document autographié (extrait de baptême du passage de la Ligne pour l’aspirant de 2e classe Mouchez).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue