Louis ARAGON

Lot 113
Aller au lot
Estimation :
1200 - 1500 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 3 200EUR
Louis ARAGON
2 Manuscrits autographes (un signé), Issoire, [1961]; 3 pages in-4 et 3 pages et demie in-4. Très belle évocation de l'église Saint-Paul d'Issoire, publiée dans le premier numéro d'Art de France, revue annuelle de l'art ancien et moderne, en 1961. Le brouillon de premier jet, très raturé et surchargé de corrections, est suivi de la mise au net, présentant encore quelques corrections, et signée; tous deux sont écrits à l'encre bleue. «Comme si, à cette dernière étape au coeur de la Limagne, avant de se mésallier avec l'Allier, l'eau volcanique du lac Pavin avait déposé la lave noire de ses origines, une sorte de merveille sombre y surgit, prise dans une ville plate et pavée et qui ne semble par rien d'autre se souvenir d'un passé terrible et sanglant: c'est Saint-Paul d'Issoire qu'on appelle aussi Saint-Austremoine»? Aragon rappelle la forme de cette église romane d'Auvergne, «assurément celle dont le plan a le plus d'audace et d'ampleur». Reconnaissant les altérations dues à l'architecte Malley, tant décrié pour la façade et le clocher qu'il fit bâtir en 1841, il clame son admiration pour l'entrée: «je lui trouve cette beauté mâle d'une poitrine de géant, de lanceur de javelot, qu'on s'étonne de ne pas voir soulevée par une respiration puissante, par le feu profond de la terre dans ses schistes sont à jamais noircis, et qu'est-ce pour eux que sept ou huit siècles de plus ou de moins?»... Le «gros oeuvre diabolique» le prend à la gorge, tel «un théâtre volcanique encore léché de flammes récentes. [...] Je m'arrête dans le narthex comme un homme excommunié, je regarde cet acheminement devant moi vers le choeur, sous cette voûte de cécité, ce pavement d'arkose à tomber à genoux, et le flèchement du jour entre les piliers, qui semble destiné au sol seul, à cet impitoyable porphyre obscur. Et je comprends enfin ce qui procure à tout cela cet air de tragédie, ce silence criard»: le badigeon dû à un certain Dauvergne en 1862, qui indispose les «amateurs éclairés»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue