Initiale « E » historiée. Christ accueillant...

Lot 31
Aller au lot
Estimation :
12000 - 15000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 35 840EUR

Initiale « E » historiée. Christ accueillant...

Initiale « E » historiée. Christ accueillant les apôtres devant la Jérusalem céleste (?)
Fragment extrait d’un antiphonaire ou graduel ?
Tempera, gouache et or bruni sur parchemin
France, Lorraine (Metz), vers 1300
Artiste lorrain
Dimensions : H. 100 x L. 100 mm

Sur un fond beige avec un décor en damier orné de petites croix rouges, une initiale « A » historiée apparaît sur un fond bleu outremer parsemé d’un décor géométrique de croisillons blancs et de ronds rouges. Le Christ, au nimbe cruciforme, se tient debout à la porte de ce qui semble être la Jérusalem Céleste. Il y accueille l’ensemble des apôtres, dont Pierre et Paul au premier rang. L’Apocalypse selon saint Jean dit des remparts de la Jérusalem céleste qu’ils « reposent sur douze assises portant chacune le nom de l’un des douze Apôtres » (21 :14) et c’est une ville symbolique qui représente le groupe des disciples de Jésus appelés à régner au ciel avec lui dans le royaume de Dieu (Révélations 3 :12 ; 21 :2). L’architecture se détache de l’initiale même pour occuper l’espace entier du décor.

L’exécution parfaite de l’architecture de la Jérusalem céleste, le traitement des coloris, et la minutie apportée dans le traitement des figures malgré une uniformité dans leurs traits (yeux en amande avec des pupilles très noires sur les côtés, chevelure longue et ondulée, orteils et doigts longs et sinueux, silhouettes longilignes) placent cette miniature sur le même plan artistique, qualitativement et stylistiquement, que des manuscrits réalisés à Metz pour son évêque Renaud de Bar (entre 1303 et 1316), grand mécène. Plusieurs mains ont été identifiées dans ces manuscrits, et nul doute que l’artiste qui a peint cette miniature a travaillé auprès des plus grands. D’autre part, l’enracinement d’une tradition d’illustration du texte apocalyptique est encore attesté en Lorraine au début du XIVe siècle par les deux Apocalypses en français conservées à Dresde (OC 50) et à Liège (MsW5).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue