PARIS Paris vers 1795-1805 par Piat-Joseph...

Lot 99
Aller au lot
800 - 1 200 €
Résultats avec frais
Résultat : 3 200 €

PARIS Paris vers 1795-1805 par Piat-Joseph...


PARIS
Paris vers 1795-1805 par Piat-Joseph Sauvage probablement de la manufacture de Dihl et Guérhard à décor en grisaille de femmes drapées à l’antique et putti sur fond marbré imitant le porphyre.
La plaque rectangulaire signée Sauvage.
Inscription à l’encre au revers : N° 1 pour la plaque rectangulaire et N° 2 et n° 9 pour la plaque octogonale.
Vers 1795-1805
L’une : 25,5 cm de longueur et 10,5 cm de largeur.
L’autre : 9,5 cm de longueur.
En 1793, l’amateur anglais William Beckford commande à Piat-Joseph Sauvage un secrétaire qu’il devait orner de « 56 morceaux de peinture en camée et autres » Ce meuble n’a vraisemblablement pas été livré à son destinataire, pas plus qu’un serre-bijoux commandé à peu près au même moment. Mais tous deux ont survécu, quoique probablement pas dans leur état d’origine (Régine de Plinval de Guillebon, Faïence et Porcelaine de Paris, XVIIIe - XIXe siècles. Paris, 1995, p. 295 et Sotheby’s Monaco, 14 juin 1997, lot 137). Les peintures du secrétaire sont en partie sur porcelaine, en partie sur ivoire. A partir de 1797, Sauvage est mentionné dans plusieurs documents relatifs à la manufacture de porcelaine parisienne de Dihl et Guérhard (Plinval de Guillebon, La manufacture de porcelaine de Guérhard et Dihl dite du duc d’Angoulême, The French Porcelain Society, Londres, IV, 1988). Cette année-là il signe et date une grande plaque en porcelaine décorée de jeux d’amours que la manufacture de Dihl et Guérhard présente à l’Exposition des Produits de l’Industrie (aujourd’hui conservée aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire à Bruxelles). Il réaliste également les plaques en forme de losange à jeux d’enfants en trompe-l’oeil blanc sur un fond agate, montées sur la table en bronze doré ornée également de plaques de Le Guay, apparemment données par l’Empereur Napoléon au Roi d’Espagne Charles IV et son épouse Marie-Louise. Les plaques de Le Guay sont datées 1804. La Reine d’Espagne achète également vers 1805 le secrétaire destiné à William Beckford mentionné plus haut, meuble qui peut être considéré comme l’introduction de Sauvage à la porcelaine, puisque sa commande date de 1793. La grande plaque circulaire et les deux plaques en losange, toutes trois en porcelaine, proviennent vraisemblablement de la manufacture de Dihl et Guérhard, et leur création est peut-être à l’origine de l’association entre le peintre et le porcelainier.

Pour une étude de l’œuvre de Sauvage sur porcelaine voir John Whitehead et Cyrille Froissart, « Le peintre Piat-Joseph Sauvage et la porcelaine », Cahiers de Mariemont, 32-33, 2005, pp. 35-39.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue