• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Paul BROCA (1824-1880) chirurgien et anthropologiste.…

Lot 328
500 - 600 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Paul BROCA (1824-1880) chirurgien et anthropologiste.…

Paul BROCA (1824-1880) chirurgien et anthropologiste. 19 L.A.S., Sainte-Foy, Paris 1853-1880, à son confrère le Dr Eugène Azam, à Bordeaux ; 56 pages in-8 ou in-12, la plupart à son chiffre (qqs deuils)
Intéressante correspondance au chirurgien bordelais Étienne Eugène Azam (1822-1899) où il est question de leurs travaux respectifs, notamment sur l’hypnotisme (adressés soit à la Société de Médecine de Bordeaux soit à l’Académie des Sciences), de congrès et de communications, ainsi que de la création d’une nouvelle faculté à Bordeaux.
Broca encourage à plusieurs reprises son ami et confrère : « vous pouvez faire la nique aux cagots et autres gens bienveillants ». En janvier 1860, il le félicite pour sa nomination et lui suggère de prendre le temps de préparer son travail sur l’hypnotisme, ne voulant lui-même rien publier avant d’avoir des résultats complets : « Maintenant que le ballon est lancé, rien ne presse » [en 1859, Broca et Azam avaient rendu compte devant l’Académie des sciences d’une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie hypnotique]. 25 septembre 1866 : « La plus jolie fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a, l’académie n’a aucun droit sur ses bulletins pas plus que sur ses mémoires […] il n’y a pas grand-chose à attendre de ces harpagons »... 13 février 1871 : Broca, médecin chef de l’ambulance militaire du Jardin des Plantes qui doit être prochainement évacuée, recommande le Dr Claveri qui part pour Bordeaux se mettre à disposition du ministère de la Guerre. En 1872, il est question d’une plaque de marbre déposée à Bordeaux et des frais de publication d’un volume, subventionné en partie par la ville. Et en décembre 1874, Broca ironise sur l’enjeu politique des nominations des professeurs de facultés : « Il faut attendre des temps moins troublés où l’existence du ministère ne dépendra pas de quelques voix de mauvaise humeur »... Trois lettres datées de 1878 et 1879, sur papier deuil, sont relatives à l’achat et à l’expédition de vins de Bordeaux. Quelques noms de médecins et de savants émaillent ces lettres : Hippolyte Blot, Jules Béclard, François Follin, Aristide Verneuil, etc.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue