• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Paul ÉLUARD (1895-1952). Manuscrit autographe…

Lot 41
15 000 - 20 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Paul ÉLUARD (1895-1952). Manuscrit autographe…

Paul ÉLUARD (1895-1952). Manuscrit autographe signé, Le Livre ouvert I (1938-1940) ; 66 feuillets grand in-8 de papier vergé bleuté, sous chemise décorée de papier peint avec le titre Fleurs d’obéissance et les initiales PE au verso ; chemise demi-maroquin rouge, étui maroquin rouge.

Manuscrit complet de cet important recueil de 73 poèmes.
C’est en octobre 1940 aux Cahiers d’art qu’Éluard publie ce premier Livre ouvert rassemblant des poèmes composés de 1938 à 1940, qu’il commente ainsi dans Raisons d’écrire : « La blême avant-guerre, la guerre grise aux prises avec les éternels prodiges. Et si je ne résiste pas à la tentation d’introduire dans ce que j’écris de puériles devinettes (par exemple, au début de Quatre deuils), je laisse tout leur champ à la beauté et à l’horreur, au désir et à la rébellion ». Plusieurs de ces poèmes avaient paru en volume (comme ceux de Médieuses en 1939) ou dans des revues (notamment dans Mesures du 15 avril 1940 sous le titre général Fleurs d’obéissance, titre un temps envisagé pour le recueil et biffé sur la page de titre).
Soigneusement tracé de la belle et élégante écriture d’Éluard à l’encre bleue, le manuscrit présente cependant de nombreuses corrections, ainsi qu’une épigraphe et un avant-propos inédits, biffés, et un premier plan d’organisation du recueil.
Le manuscrit contient les poèmes suivants (certains avec leur date, supprimée dans l’édition) :
Vivre (« Nous avons tous deux nos mains à donner »…), Nous n’importe où (« L’oiseau s’arrête guette un point d’or clair et tendre »…), « Je veux qu’elle soit reine ! » (dédié à Nusch : « Un village une ville et l’écho de ma voix »….), Seul (« À droite du ciel sombre un arbre fleurirait »…), Crier (« Ici l’action se simplifie »…), Deux voix en une (dédié à sa fille Cécile : « Enfant toujours blotti dans un temps inégal »…), Justice (« Lourde image d’argent misère aux bras utiles »…), Jouer (« Ce pain gardé par des guerriers »…), Mourir [1 « Plus une plainte plus un rire »…, 2 « Qui ne veut mourir s’affole »…], Finir (« Les pieds dans des souliers d’or fin »…), Passer (« Le tonnerre s’est caché derrière des mains noires »…), Au fond des mains (« Au fond des mains de la croix »…).
Quatre deuils : I (« Pain ronronnant banale tentation »…), II (« Ravir sans honte nids et fruits »…), III (« Je tremble c’est des misères misère »…) IV (« Meurt-de-faim mendiants et larrons »…).
Paille (« Paille mêlée au grain »…), Enfants (« L’alouette et le hibou dans le même jardin »…).
Vue donne vie : I (« Rayons des yeux et des soleils »…), II (« Le matin les branches attisent »…), III (« Tout disparut même les toits même le ciel »…), IV (« Dans les ténèbres du jardin »…), V (« Unis la fraîcheur et le feu »…), VI (« Homme au sourire tendre »…), VII (« La grande rivière qui va »…).
Médieuses : Je ne suis pas seul « Chargée / De fruits légers aux lèvres »…) ; Médieuses : I (« Elle va s’éveiller d’un rêve »…), II (« Près de l’aigrette du grand pont »…), III (« Sous des poutres usées »…), IV (« Dans les parages de son lit rampe la terre »…), V (« Mes sœurs prennent dans leurs toiles »…), VI (« Où es-tu me vois-tu m’entends-tu »…), VII (« Et par la grâce de ta lèvre arme la mienne »…) ; Au premier mot limpide (« Au premier mot limpide au premier rire de ta chair »…).
Onze poèmes de persistance : Rien que le grand air, Le rôle de l’impuissance, Jours sans ombres, Bariolage, Premier moment, Les dieux, L’orage, Proportions, Premier et dernier acte de la tragédie, Renoncement, Indépassable ;
Rencontres (I à XI, dédié à Germaine et Georges Hugnet) ;
Pour vivre ici : I (« Je fis un feu, l’azur m’ayant abandonné »…, daté 1918), II (« Le mur de la fenêtre saigne »…), III (« La lune enfouie les coqs grattent leur crête »…), IV (« Autour des mains la perfection »…), V (« Aucun homme n’est invisible »…).
Règnes (avec titres biffés) : I [M.N] (« Tôt sur la terre un gentil rire »…), II (« La plus faible en ce bas monde »…), III [D’une seule] (« Notre maison autour de ta beauté »…), IV [Aimer] (« Ma foi en toi est si bien entourée »…), V (« La douce chair recueillie aujourd’hui »…), VI [Claire] (« La maison s’éleva comme un arbre fleurit »…), VII [Belle] (« Construire il y a d’autres jeux »…), VIII [Claire] (« Les fleurs les feuilles les épines »…), IX [Belle] (« Jeune arbre idole mince et nue »…), X (« Sur un pré blanc des nuages blancs »…), XI (« Il fait une nuit de moineaux »…).
Ancienne collection Pierre LEROY (26 juin 2002, n° 199).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue