• facebook
  • twitter
  • linkedin
  • instagram
  • art

Claude MONET (1840-1926). L.A.S. « ton vieux…

Lot 89
2 500 - 3 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Claude MONET (1840-1926). L.A.S. « ton vieux…

Claude MONET (1840-1926). L.A.S. « ton vieux Claude », Londres Lundi 28 janvier [1901] 5 h., à sa femme Alice, « Ma bonne chérie » ; 6 pages in-8, en-tête Savoy Hotel.

Belle lettre de Londres.
Il se fait un mauvais sang de tous les diables de n’avoir pas encore reçu ses caisses, qui ont été retenues à la douane à Newhaven : « comme le samedi pas plus que le dimanche on ne fait quoi que ce soit ici, j’ai grand peur de ne les avoir que demain ou après. Quelle perte de temps. Il est vrai que je ne perds pas mon temps pour cela que je regarde beaucoup et observe ce que je devrais faire, que je fais force études au pastel, qui sont comme des exercices, mais cependant je voudrais être à l’œuvre plus sérieusement »... Il a dîné hier soir au Café Royal avec George Moore : « Nous avons beaucoup causé des événéments, la mort de la queen [Victoria] le laisse froid et il traite d’hypocrisie tout ce deuil, il est plus que jamais contre la guerre et les Anglais et va quitter Londres pour se retirer à Dublin en Irlande. C’est décidément un type curieux et intéressant »... Il apprécie l’amabilité et la prévenance de Sargent. Il a des engagements à dîner chez Sargent, avec Hunter, et vendredi chez Harrison, « un peintre américain qui n’a rien de commun avec le Harrison qui vient à Giverny. Celui ci est tout à fait gentil et sa femme est paraît-il charmante »... Il réclame des lettres longues et détaillées : « tu sais la joie que cela est pour moi ». Il l’engage à ne pas se laisser « aller aux idées sombres [...] Je me porte très bien et serais content si j’avais enfin mes toiles et que puisse les avancer »...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue