GERSON (Jean). Opera. Cologne : Johann Koelhoff,...

Lot 41
Aller au lot
Estimation :
3000 - 4000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 750EUR

GERSON (Jean). Opera. Cologne : Johann Koelhoff,...

GERSON (Jean).
Opera.
Cologne : Johann Koelhoff, 31 août 1483. — In-folio, 293?x?207 : CCClxxxxix ff. mal foliotés CCClxxxviii, (1 f. blanc) [sig. A-E8 F6 G-I8 K6 L-M8 N6 O-P8 Q10 R-T8 V6 X8 Y6 Z8 a-b8 c6 d-z8 aa-dd8 ee10] ; car. goth., 38 lignes. Veau brun sur ais de bois, plats ornés d’un jeu de triples filets à froid en encadrement et en losange, et comprenant trois cabochons en laiton en forme de trèfle placés en triangle, traces d’attaches de fermoirs sur le bord des plats, côté gouttière, trace d’attache d’une chaîne sur le haut du premier plat, petite pièce rectangulaire sur parchemin manuscrit portant l’indication du contenu du livre placée sous mica tenu par quatre pièces de laiton clouées sur le haut du second plat, dos à nerfs (reliure de l’époque).

Pellechet, 5124. - Hain *7621.

Ce volume est le second de la première édition collective des œuvres du philosophe et théologien Jean Gerson (1363-1429), imprimé à Cologne par Joannes Koelhoff.

Gerson était dans la lignée des grands humanistes et un maître de la langue française, à la fois théologien de renom, auteur spirituel de haute valeur, artisan de la paix de l’Église, poète, pédagogue reconnu et mystique authentique. Il fut chancelier de l’Université de Paris et, pendant plus de 3 ans, de 1415 à 1418, il prit une part active au Concile de Constance à l’issu duquel il fut dans l’impossibilité de revenir à Paris à cause de l’hostilité du parti bourguignon. Après un bref passage en Autriche, il se réfugia à Lyon chez son frère Jean le Célestin. Il y vécut une retraite de 10 ans et y mourut le 12 juillet 1429.

Il fut l’auteur de très nombreux textes, rédigés aussi bien en latin qu’en français, parmi lesquels plusieurs sermons, des poèmes ainsi que divers traités. Il fut également l’un des principaux acteurs de la querelle littéraire du Roman de la Rose, combattant l’immoralité de Jean de Meung.

L’aura de Gerson en cette fin de XVe siècle était telle qu’il y eut de nom
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue