Gustave CLUSERET (1823-1900) général et homme... - Lot 409 - Ader

Lot 409
Aller au lot
Estimation :
1000 - 1500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 408EUR
Gustave CLUSERET (1823-1900) général et homme... - Lot 409 - Ader
Gustave CLUSERET (1823-1900) général et homme politique, il fut délégué à la Guerre de la Commune. 5 L.A.S., Chêne-Bougeries 1872, au « citoyen et ami » Maurice Lachâtre, et manuscrit signé avec corrections autographes, Mémoire pour mon défenseur contre Jules Simon et Vaperot, [1880] ; 12 pages in-8, et cahier in-4 de 66 pages avec couverture titrée.

Intéressante correspondance au sujet des Bulletins de la Commune, publiés en exil. 2 août 1872. « Notre ami commun F. Pyat vous ayant envoyé ma lettre au sujet de la brochure ou petit volume que je désire faire imprimer (sur les événements de Lyon et Marseille surtout Marseille en 70) je n’ai plus à en parler, pas plus que du travail sur le mouvement religieux en Suisse. […] Si vous pouvez faciliter la publication du premier de ces deux opuscules, je crois que vous rendrez service à la cause »… Il souhaite un organe à Paris pour leur parti, citant des modèles en Amérique et en Angleterre, évaluant les prix de rédaction et de tirage en Suisse, et les ventes ; à Genève, « la liberté de la presse est absolue, puisqu’on y imprime actuellement La Lanterne de Rochefort »… Demande d’éclaircissements sur le clichage, la direction commerciale et financière, le prix à supporter pour une circulaire tirée à 10 000 exemplaires… « Je vous ai demandé le concours de votre expérience professionnelle pour l’œuvre commune, pas autre chose. De même que je considère comme un devoir de donner mon expérience professionnelle quand on se bat »… « Mes papiers sont à peu près complets »… Il presse Lachâtre à venir le voir un dimanche : « nous pourrions passer ensemble la journée à la campagne. J’inviterai deux ou trois bons communards »… « Le n° 5 comme toutes les autres sort de ma plume qui n’est celle ni d’un maître ni d’un élève, mais mienne. Quand au prix, il n’y en a jamais eu de fixé, parce que nous ne le vendons pas. Tout pauvres que nous sommes Gambon, Fesneau et moi nous faisons tout à nos frais ; prélevant sur notre nécessaire
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue