Jacques LACAN (1901-1981) psychiatre et psychanalyste....

Lot 343
Aller au lot
5 000 - 7 000 €

Jacques LACAN (1901-1981) psychiatre et psychanalyste....

Jacques LACAN (1901-1981) psychiatre et psychanalyste. Manuscrit autographe, Le Séminaire sur «La Lettre volée». Introduction, [1956] ; 44 feuillets in-4 écrits au recto
Manuscrit de travail complet de l’Introduction du Séminaire sur “La Lettre volée”, réflexion sur son séminaire d’avril 1955 ; cette étude fut publiée en 1956 dans la revue La Psychanalyse (n° 2, pp. 1-44), puis placée en tête de ses Écrits (1966).
Dans ce fameux séminaire, Lacan s’appuie sur la nouvelle d’Edgar Allan Poe, La Lettre volée (The Purloined Letter), la rattachant à la « découverte inaugurale » de Freud sur la mémoire et l’inconscient, pour éclairer la notion de signifiant dans le symbole.
Le manuscrit, à l’encre noire au recto de 41 feuillets (paginés 1-41 plus 3 bis), présente de très nombreuses et importantes ratures et corrections, des indications pour la dactylographie, des schémas, et des variantes avec le texte édité.
« La leçon de notre séminaire que nous donnons ici rédigée fut prononcée le 26 avril 1955. Elle est un moment du commentaire, que nous avons consacré, toute cette année scolaire, à l’Au-delà du principe du plaisir. On sait que c’est l’œuvre de Freud que beaucoup de ceux qui s’autorisent du titre de psychanalyste, n’hésitent pas à rejeter comme une spéculation superflue, voire hasardée, et l’on peut mesurer à l’antinomie, par excellence, qu’est la notion d’instinct de mort où elle se résout, à quel point elle peut être impensable, qu’on nous passe le mot, pour la plupart. Il est pourtant difficile de tenir pour une excursion, moins encore pour un faux pas, de la doctrine freudienne l’œuvre qui introduit précisément la nouvelle topique, celle que représentent les termes de moi, de ça et de surmoi, devenus aussi prévalents dans l’usage théoricien que dans sa diffusion populaire »…
Au terme de son exposé introductif, Lacan conclut : « C’est ainsi que nous prîmes le conte même dont nous avions extrait, sans y voir d’abord plus loin, le raisonnement litigieux sur le jeu de pair ou impair : nous y trouvâmes une faveur que notre notion de détermination symbolique nous interdirait déjà de tenir pour un simple hasard, si même il ne s’était pas avéré à notre examen que Poe en bon précurseur qu’il est des recherches de stratégie combinatoire qui sont en train de renouveler l’ordre des sciences – par ses travaux de décrypteur comme par son analyse de la composition poétique – avait écrit ce conte dans un dessein conforme au nôtre. Du moins pouvons-nous dire que ce que nous en fîmes sentir oralement toucha assez nos auditeurs pour que ce soit à leur requête que nous en publions ici une version. En la remaniant conformément aux exigences de l’écrit, différentes de celles de la parole, nous n’avons pu nous garder d’anticiper quelque peu dans son exposé sur l’élaboration que nous avons donné depuis des notions qu’il introduisait alors. C’est ainsi que l’accent dont nous avons toujours promu plus avant la notion de signifiant dans le symbole, s’est ici rétroactivement exercé. En estomper les traits par une sorte de feinte historique, eût paru, nous le croyons, artificiel à ceux qui nous suivent. Souhaitons que de nous en être dispensé, ne déçoive pas leur souvenir. »
On joint le tapuscrit corrigé de Le Séminaire sur “La Lettre volée” (61 pages in-fol., manquent les pages 5, 8 et 13, mouillures dans le haut des feuillets) ayant servi pour l’impression avec de nombreuses corrections et notes autographes (plus une copie carbone vierge incomplète) ; et un feuillet avec l’épigraphe autographe en allemand qui ouvre le texte du séminaire.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue