Art d'après guerre et contemporain

Huit à dix ventes cataloguées chaque année

À leur arrivée au sein de la maison Ader au début des années 2000, maîtres David Nordmann et Xavier Dominique avaient à cœur de défendre leur passion commune pour l’abstraction des années 50. Grâce à leur expertise et aux relations de confiance nouées avec les amateurs et les collectionneurs, leurs ventes consacrées à cette période et à la création d’après-guerre font aujourd’hui référence sur le marché de l’art. Ces vacations rassemblent une grande diversité de courants et d’origines géographiques : les artistes de l’abstraction lyrique côtoient ceux de la peinture non figurative, sans oublier ceux de l’abstraction géométrique ou de l’art cinétique. La qualité et la spécificité des lots présentés confirment le rôle clé d’Ader au sein de cette spécialité. De nombreux records de ventes sont ainsi enregistrés à l’échelle mondiale, notamment pour les peintres étrangers de la scène parisienne ayant travaillé dans la seconde moitié du XXe siècle, pour lesquels la maison de ventes est aujourd’hui la seule à consacrer des vacations dédiées.


Le mot des responsables de département

« Entre les années 50 et les années 80, de nombreux artistes se sont installés à Paris pour y trouver un environnement propice au développement de leur art. Venus des quatre coins de la planète, d’Asie, d’Amérique du Sud, de l’Europe de l’Est et du Proche-Orient, ils se côtoient alors au sein de la capitale, échangent et s’influencent. Nous nous employons depuis plusieurs années déjà à remettre sur le devant de la scène l’esprit de cette émulation artistique. Au fil des ventes, les œuvres de ces artistes sont de plus en plus recherchées par les acheteurs, à l’image de celles des Chinois Chu Teh-Chun et Zao Wou-ki, de la Libanaise Huguette Caland et de l’Afro-américain Beauford Delanay... »